Lettre ouverte au préfet concernant le projet des Muchaux

Nous relayons l’interpellation du Préfet du Nord par le Collectif Muchaux qui demande une conciliation sur le projet d’urbanisation des terres agricoles des Muchaux.

Nous soutenons la démarche et espérons que les responsables de la Métropole Européenne de Lille seront sensibles à cette nouvelle interpellation citoyenne lors du vote du PLU2, vendredi 15 juin 2018.

 


 

Monsieur Michel Lalande,
Préfet du Nord

Mercredi 13 juin 2018

Monsieur le Préfet,

 

Habitants de Lambersart, Saint-André-lez-Lille ou Verlinghem dans la métropole lilloise, nous attirons votre attention et sollicitons votre arbitrage en tant que garant de l’intérêt général sur un projet d’aménagement hautement incompatible avec les enjeux de transition énergétique et solidaire.

Ce projet urbain couvre le secteur dit des “Muchaux” dont la plus grande partie se situe sur la commune de Lambersart mais concerne également les communes de Saint-André et Verlinghem, au nord ouest de la métropole Européenne de Lille.  Ce projet urbain est le plus important secteur d’extension urbaine mixte inclus dans le Plan Local d’Urbanisme (PLU2) en cours de révision générale : il prévoit de détruire environ 40 hectares de terres agricoles cultivées au-delà de toute continuité urbaine et en l’absence de desserte alternative à l’automobile individuelle. Sans entrer dans le détail de ce projet, notons que l’évaluation environnementale du projet est calamiteuse (bruit, impact sur les milieux, mitage, ligne THT, zone humide…) et qu’il est incompatible avec au moins trois grandes politiques métropolitaines en vigueur :

  • incompatible avec le Plan de Déplacements Urbains (PDU) 2010-2020 qui prône la “ville intense” et l’urbanisation autour des transports collectifs ;
  • incompatible avec le Programme Local de l’Habitat (PLH) 2012-2018 qui interdit la construction dans les secteurs ayant zéro critère de territorialisation (donc les secteur sans continuité avec le tissu urbain, sans proximité de services et commerces et sans présence de transports collectifs) comme aux “Muchaux” ;
  • incompatible avec le Schéma de Cohérence Territorial (SCoT) approuvé en 2017 qui vise à protéger les secteurs agricoles et naturels proche des villes appelés “hémicycle vert” dont les Muchaux font bien partis (comme l’a rappelé explicitement la commission d’enquête publique du Scot).

Ce projet initié il y a une vingtaine d’années par la mairie de Lambersart, est toujours d’actualité par un incroyable concours de circonstances politiciennes : ces dernières années, Marc-Philippe Daubresse, avant de devenir sénateur fin 2017, a porté ce projet en tant que maire de Lambersart, vice-président à l’aménagement de la Métropole Européenne de Lille, en charge du Scot puis du PLU2 de la MEL. Loin d’être une opposition de quelques riverains, ce projet d’un autre âge apparaît aussi comme un marqueur d’une certaine méthode autocratique de conduite des projets urbains.

En effet, rappelons que le décret n°2015-1783 relatif à la modernisation du contenu du Plan Local d’Urbanisme publié le 29 décembre 2015, a réaffirmé que “la maîtrise de la ressource foncière et la lutte contre l’étalement urbain” est un des objectifs structurants auxquels doit répondre le PLU. Dès lors, Monsieur le Préfet, comment comprendre que le projet des Muchaux ayant reçu successivement un avis négatif le 2/5/2016 de la Commission Départementale de la Préservation des Espaces Naturels, Agricoles et Forestiers (CDPENAF) et un avis négatif en enquête publique le 8/8/2016, puisse être recyclé dans la révision générale du Plan Local d’Urbanisme de la MEL ?

 

Le nouveau Plan Local d’Urbanisme ne devrait-il pas porter une ambition nouvelle en regard des enjeux de transition écologique et solidaire au lieu de venir dissimuler des projets d’extension urbaine incompatible avec les enjeux environnementaux ? Faire du PLU2 de la MEL, le réceptacle d’un projet rejeté auparavant par des commissions garantes de l’intérêt général fait peser un risque juridique à toute la procédure.

Nous ne voulons pas d’une bataille juridique qui fragilise l’intégralité des documents de planification. Mobilisés avec de nombreuses associations et citoyens de façon constructive à chaque période de concertation, nous constatons notre impuissance à être entendu par les responsables élus de la Métropole Européenne de Lille. L’impuissance est aussi celle des personnes publiques associées qui ont maintes fois tirés la sonnette d’alarme ou rendus des avis circonstanciés que les élus n’ont pas voulu entendre peut être à cause de l’influence de certains d’entre-eux.

Avec l’actualité du vote du PLU2 vendredi 15 juin 2018 au Conseil Métropolitain de la MEL, nous faisons appel à vous pour :

  • inciter les élus locaux à trouver des solutions durables sur le besoin en logements (division parcellaire, lutte contre le logement vacant, densification des zones d’activités « creuses »…) en dépassant les étroites limites communales et l’idée selon laquelle seule l’extension urbaine peut répondre au besoin de logements ;
  • mettre en place un processus de conciliation entre les élus de la MEL et des communes concernées, les personnes publiques associées, les associations et habitants avant que le projet ne s’enlise définitivement, alimente de façon irréversible une défiance envers la classe politique et ne soit le terreau d’oppositions bien plus radicales (que nous ne souhaitons pas !) ;
  • s’assurer que « l’extrême réserve » soulevée par le conseil municipal de Saint-André-lez-Lille sur l’accessibilité du projet des Muchaux fasse l’objet d’une véritable réflexion sur le danger de créer des quartiers aussi dépendants de l’automobile.

Nous avons entendu vos propos Monsieur le Préfet aux dernières assises métropolitaines de la mobilité : « Le combat des prochaines années concernera la qualité de l’air qui pour moi, est l’amiante du XXIe siècle » Qu’est-on en train de créer avec ces nouveaux quartiers construits sur nos champs fertiles si ce n’est de nouvelles pollutions pour les générations futures ?

 

Au nom du Collectif Muchaux, je vous remercie d’avance pour l’attention que vous portez à notre engagement citoyen et vous prie de recevoir, Monsieur le Préfet, nos respectueuses salutations.

Tanguy Dumez,
Collectif Muchaux

 

Copie :

  • Monsieur Damien Castelain, Président de la Métropole Européenne de Lille
  • Madame Elisabeth Masse, Maire de Saint-André-lez-Lille
  • Madame Christiane Krieger, Maire de Lambersart
  • Monsieur Jacques Houssin, Maire de Verlinghem